Le thé vert peut-il prévenir le cancer ?

Le thé vert a toujours été une boisson populaire. Bourré d’antioxydants, il est vanté pour ses propriétés anti-âge et amincissantes. On en entend souvent parler pour ses nombreux bienfaits pour la santé, mais également pour la question controversée suivante : le thé vert peut-il prévenir le cancer ? Cette boisson est considérée comme contenant des composés ou des substances chimiques pouvant gagner le combat contre le cancer. Mais qu’est-ce que le thé vert au juste ?

Originaire de Chine (d’où il a été introduit à divers parties du monde), le thé vert est fait à partir de la transformation de feuilles de la plante appelée Camellia sinensis. Il est devenu un élément de recherche intéressant pour les experts lorsque ceux-ci ont noté que les régions dont la consommation de thé vert est élevée ont un plus faible taux de cas de cancer.

Or qu’est-ce qui fait du thé vert une boisson si bénéfique pour la santé? Toutes les formes de thé, dont le thé vert, sont faites à partir de feuilles séchées de Camellia sinensis. La différence entre le thé noir et le thé vert réside dans la manière dont les feuilles sont traitées. Les feuilles de thé vert ne sont pas oxydées, contrairement à celles du thé noir, et c’est cette différence qui fournit au thé vert son taux élevé d’antioxydants (environ 30% du poids sec des feuilles). 

Les habitants de certaines parties de l’Asie de l’Est ainsi que de l’Afrique du Nord consomment traditionnellement cette boisson. Parmi les composés contenus dans le thé vert, on retrouve des polyphénols, tels que les flavandiols, les flavanols, les flavonols et les acides phénoliques. Une bonne partie des polyphénols mentionnés sont connus sous le nom de catéchines, qui possèdent des propriétés antioxydantes et qui peuvent également combattre un large éventail de maladies. Les quatre types de catéchines que l’on retrouve dans le thé vert sont l’épigallocatéchine, l’épicatéchine, l’épicatéchine-3-galalte et l’EGCG (1).

Il existe plusieurs types de thé vert dans le monde, le sencha étant le plus populaire et le plus facile à trouver. Parmi les autres types de thé vert connus, on retrouve le :

  • Fukamushi Ryokucha
  • Gyokuro
  • Kabusecha
  • Matcha
  • Tencha
  • Genmaicha
  • Hojicha
  • Shincha

Ces derniers temps, le matcha est le préféré des personnes fréquentant les cafés et les magasins d’aliments naturels. Il s’agit également du thé le plus prisé au Japon. Il est toutefois intéressant de noter qu’il y a plus à ce thé que sa simple notoriété.

Qu’est-ce que le thé vert matcha ?

Le matcha est un thé finement moulu de couleur vert émeraude. Élément essentiel des rituels de thé japonais pendant de nombreux siècles, ce thé vert riche a été popularisé au cours des dernières années en raison de sa forte concentration en antioxydants. Lorsque vous consommez du matcha, vous buvez des feuilles de thé moulues, ce qui vous fournit davantage de nutriments que le thé vert régulier.

Le matcha est fait de plantes de thé qui ont été mises à l’ombre pendant 14 jours afin de stimuler leur taux de chlorophylle avant leur récolte. Il est généralement disponible sous forme de poudre, mais il est depuis peu également offert en capsules dans certains commerces.

Le thé vert peut-il prévenir le cancer ?

Les propriétés antioxydantes des catéchines fournissent au thé vert le pouvoir de combattre le cancer. Les antioxydants protègent nos cellules contre les dommages oxydatifs causés par des molécules instables connues sous le nom de radicaux libres (1). Ces molécules sont naturellement produites par le corps lors du métabolisme de l’énergie et des réactions immunitaires, mais de nombreux facteurs externes, tels que les rayons UV, la mauvaise alimentation, le tabac et le stress, contribuent également à la surproduction de radicaux libres. Cela cause des dommages oxydatifs aux cellules et peut être nocif pour le corps de nombreuses façons, en causant entre autres des mutations génétiques résultant en croissances cancéreuses. Récemment, on a pu constater un intérêt grandissant pour les nutriments pouvant contrer les activités des radicaux libres avant que ceux-ci ne puissent causer des dommages importants dans le corps humain.

Puisqu’il existe plus de 100 types de cancers, cet article se concentrera principalement sur les types les plus critiques, soit, le cancer du sein, de la prostate, du poumon et colorectal (2).

De plus, le thé vert est également considéré comme pouvant avoir un effet stimulant sur le système immunitaire, comme pouvant aider à éliminer les toxines du corps et comme pouvant améliorer la santé globale ainsi que le niveau d’énergie. Toutes ces propriétés font du thé vert un candidat potentiel comme agent naturel pour la prévention ou la gestion du cancer. 

1. Le thé vert et la prévention du cancer du sein

Le cancer du sein est considéré comme étant le cancer le plus courant chez les femmes. Le lien entre ce dernier et le thé vert a fait l’objet d’importantes études. Bien que certaines d’entre elles n’aient pu établir de lien définitif entre la consommation de thé vert et la prévention du cancer du sein, plusieurs preuves indiquent qu’il existe une forte association entre la boisson en question et ce type de cancer; les composés contenus dans le thé vert s’avèrent avoir un effet possible sur les densités mammographiques (un facteur de risque considérable du cancer du sein) chez les jeunes femmes. 

Un essai clinique randomisé mené en 2017 a observé les densités mammographiques chez des femmes à qui l’on a administré des suppléments d’EGCG (la catéchine de thé vert la plus populaire) pendant un an. Bien qu’aucun changement n’ait été observé quant aux densités mammographiques des femmes plus âgées, les jeunes femmes, quant à elles, ont vu leur taux de ce facteur essentiel du cancer du sein baisser considérablement (3).

Considérant que l’effet de ces suppléments est similaire à l’effet du tamoxifène, un médicament utilisé pour la prévention du cancer du sein, il a été conclu que davantage de recherche devrait être faite afin de déterminer quel est le rôle du thé vert dans la réduction du risque de cancer du sein chez les jeunes femmes (4).

2. Le thé vert et la prévention du cancer de la prostate

Ce type de cancer est considéré comme étant le deuxième le cancer le plus fréquemment diagnostiqué. Ces derniers temps, plusieurs types d’aliments, dont le thé vert, sont proposés comme moyens de prévenir le risque de cancer (dont le cancer de la prostate). Plusieurs études récentes examinant les effets possibles de cette boisson sur ce type de cancer ont démontré les bienfaits du thé vert pour l’inhibition de la croissance cancéreuse, bien que les résultats varient.

Une analyse systémique ainsi qu’une méta-analyse publiées en 2017 ont démontré que les mâles adultes atteints de néoplasie prostatique intraéphithéliale (PIN) ont un risque moindre de développer un cancer de la prostate après la prise de catéchine de thé vert. Cette découverte indique que les EGCG contenus dans ces composés chimiques ont entraîné une mort cellulaire et ont favorisé l’arrêt de la croissance cellulaire, réduisant ainsi de manière probable le risque de ce type de cancer chez les individus vulnérables. De plus, cette même étude a découvert que la consommation d’une quantité allant jusqu’à 7 tasses par jour peut réduire le risque de cancer de la prostate (5).

D’autre part, un article de synthèse de 2017, publié par l’Université de Parma, a rapporté que le pouvoir des catéchines de thé vert à prévenir le cancer de la prostate est fondé sur les propriétés antioxydantes des catéchines de thé vert ainsi que sur leur capacité à cibler des facteurs spécifiques liés au développement du cancer (6).

3. Le thé vert et le cancer colorectal

Ce type de cancer est considéré comme étant l’une des maladies touchant le plus fréquemment les hommes et les femmes. Il s’agit également d’une cause importante de décès liés cancer aux États-Unis, et on prédit qu’il sera la cause de 50 630 décès en 2018 (7).

Une découverte optimiste veut que le thé vert possède des propriétés permettant de contrer cette maladie mortelle. 

Une méta-analyse publiée en 2017 a révélé un lien protecteur entre les cancers colorectaux et la consommation de thé vert. Elle a démontré une réduction de 7% du risque des consommateurs. Elle a également démontré une diminution de 32% chez les jeunes femmes (8).

Le même article a également démontré que l’EGCG du thé vert inhibe le développement des cellules souches malignes du cancer colorectal. Ce processus a lieu lorsque le polyphénol (EGCG) réprime la voie de signalisation bêta-caténine, qui est essentielle au développement de telles cellules (8).

4. Le thé vert et la prévention du cancer du poumon

En 2012, un article d’une université taiwanaise a rapporté que le risque de cancer du poumon est plus élevé chez les personnes ne buvant pas de thé vert. Et ce risque est 12 fois plus élevé chez les individus qui fument (9).

Une analyse systémique publiée en 2013 par le Collège canadien de Médecine naturopathique a révélé que malgré la présence de preuves concluantes liant le thé vert à la prévention du cancer, davantage de recherche doit être menée afin d’affirmer que cette boisson constitue un moyen de prévention du cancer du poumon (10).

En conclusion, un article de 2018 publié dans le Egyptian Journal of Basic and Applied Sciences a indiqué que les activités de l’EGCG pouvant potentiellement prévenir les diverses formes de cancer comprennent ce qui suit (11) :

  • Favorisent la mort cellulaire : l’EGCG cible spécifiquement les cellules cancéreuses afin de les éliminer. Ces éliminations préviennent le développement de tumeurs cancéreuses secondaires.
  • Inhibent l’angiogenèse : ce polyphénol restreint la croissance des tumeurs en prévenant la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins, qui servent à fournir du sang à la croissance cancéreuse.
  • Régulent la croissance cellulaire : l’EGCG module également la croissance incontrôlée des cellules, ce qui est caractéristique des tumeurs cancéreuses. Ce processus s’opère via les protéines modulant les cycles cellulaires.

Effets secondaires et précautions quant à la consommation de thé vert

Bien que la teneur en caféine du matcha soit plus élevée que celle des autres types de thé vert, une tasse de matcha contient tout de même moins de caféine qu’une tasse de café.

Cela étant dit, bien que le thé vert matcha ne soit pas l’option idéale si vous ne supportez pas la caféine de manière générale, l’effet de la caféine du thé vert se caractérise par une sensation de vivacité, puisque sa teneur en acide aminé L-théanine est élevée.

Il n’est pas recommandé de consommer du thé vert à jeun car cela peut entraîner des troubles intestinaux et des nausées. Il est conseillé aux individus souffrant d’ulcères peptiques ou de reflux acides de le boire après les repas. Des données indiquent que les personnes souffrant de problèmes hépatiques devraient arrêter leur consommation d’extraits de thé vert – il faut également noter que cela peut interférer avec la prise de certains médicaments (12).

En résumé

  • Le thé vert provient de la plante de thé et est consommé principalement dans certaines parties de l’Asie. La forme la plus puissante de thé vert est le matcha, dont la concentration d’antioxydants est élevée.
  • Cette boisson est composée de substances chimiques aux propriétés pouvant contrebalancer les activités des radicaux libres pouvant causer le cancer.
  • L’EGCG fournit au thé vert la plupart de ses propriétés chimico-préventives.
  • Bien qu’il n’y ait pas de preuves concluantes permettant de confirmer hors de tout doute la capacité du thé vert à prévenir le cancer, plusieurs études ont démontré des résultats favorables en ce qui a trait à certaines formes de cancer, telles que le cancer du sein, du poumon, de la prostate et colorectal. 
  • Le thé vert devrait être consommé modérément et même évité si vous prenez certains médicaments.

Références :

1. Chacko SM, et al. Beneficial effects of green tea: a literature review. Chin Med. 2010 Apr 6; 5:13. [PubMed]

2. Understanding Cancer (n.d). Retrieved 26, July 2016 from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK20362/

3. Samavat, H.et al.A Randomized Controlled Trial of Green Tea Extract Supplementation and Mammographic Density in Postmenopausal Women at Increased Risk of Breast Cancer. Cancer Prevention Research. 2017.10(12):710-718.

4. Sartippour, M. et al.The combination of green tea and tamoxifen is effective against breast cancer. Carcinogenesis. 2006 Jun 19 (12):2424-33.

5. Guo Y, et al. Green tea and the risk of prostate cancer: A systematic review and meta-analysis. Medicine (Baltimore). 2017 Mar;96(13):e6426.

6. Naponelli V, et al. Green Tea Catechins for Prostate Cancer Prevention: Present Achievements and Future Challenges. Antioxidants (Basel). 2017 Apr 5;6(2). pii: E26.

7. Key Statistics for Colorectal Cancer (n.d.). Retrieved from https://www.cancer.org/cancer/colon-rectal-cancer/about/key-statistics.html

8. Chen Y, et al. An inverse association between tea consumption and colorectal cancer risk.Oncotarget. 2017 Jun 6;8(23):37367-37376. [PubMed]

9. Lin IH, et al. Smoking, green tea consumption, genetic polymorphisms in the insulin-like growth factors and lung cancer risk. PLoS One. 2012;7(2):e30951. [PubMed]

10. Fritz H, et al.Green tea and lung cancer: a systematic review. Integr Cancer Ther. 2013 Jan; 12(1):7-24.

11. Islam Rady, et al. Cancer preventive and therapeutic effects of EGCG, the major polyphenol in green tea. Egyptian Journal of Basic and Applied Sciences. Vol 5.Issue 1 2018.

12. Green Tea (n.d). Retrieved 26, July 2018 from https://nccih.nih.gov/health/greentea

Retour haut de page