"Elles sont 5 à 10 fois plus puissantes !"

Prenez vos vitamines sous forme liposomique, car elles agissent plus et reviennent donc moins cher.
Les molécules sont mises à l'abri dans les microscopiques bulles de liposomes, et ainsi protégées contre l'acide de l'estomac et donc absorbées à 98% dans le sang, au lieu de 20% au mieux pour les autre formes !
Cette technologie délivre les vitamines directement à l'intérieur de nos cellules, sans gaspillage, et avec une efficacité multipliée !

Archive for Vit D3 et K2

La vitamine D expliquée par le Professeur Nehls

Bonjour,
 Comme promis voici les conseils et références concernant la vitamine D3 par le Professeur Michael Nehls, dans son livre révolutionnaire ‘Guérir Alzheimer’. (1)

Il semble que notre corps humain ait besoin de soleil depuis les temps immémoriaux, car c’est ainsi que la vitamine D3 est fabriquée par nos cellules, à partir du cholestérol.
Ce qui fait d’ailleurs du cholestrérol un élément essentiel à notre vie en bonne santé. Celui-ci a de nombreux rôles vitaux et nous en reparlerons j’espère. L’excès de cholestérol étant dû à une mauvaise alimentation qui dérègle son système de production et de régulation, en réduire le taux sanguin n’est évidemment pas la solution pour guérir, puisque s’attaquer aux symptômes n’a jamais sauvé personne, mais a par contre donné une immense puissance d’influence aux vendeurs de médicaments …

Le professeur Nhels nous dit qu’il s’agit plus d’une hormone que d’une vitamine, puisque le corps peut la fabriquer lui-même.

Il y a au moins 2 formes de vitamine D, la D2 d’origine végétale et la D3 d’origine animale, la dernière étant plus efficace pour nous.
Sa fabrication interne se passe d’abord dans le foie puis dans les reins. Autant dire que ces organes doivent être en bonne santé, en plus d’avoir d’une exposition au soleil quotidienne suffisante.

Le rachitisme est une des formes du manque de vitamine D3. Les femmes souffrant de troubles d’ossification, par manque de vitamine D3, ont par exemple un bassin plus étroit, ce qui pose des problèmes pour accoucher.

 Sous nos latitudes élevées où le soleil est beaucoup plus faible, la peau claire a permi de produire plus facilement cette vitamine essentielle. Malheureusement les dernières générations ne passent plus assez de temps à l’extérieur, et les populations en sont donc très carencées. Nos éclairages artificiels ne fournissant pas les UVB nécessaires !

Il nous explique que le manque de vitamine D3 est notamment mis en cause dans la survenue de la maladie d’Alzheimer :

Citation : ‘Une carence en vitamine D ne nuit pas seulement à l’ossification. Les systèmes immunitaire et cardiovasculaire mais aussi le cerveau en ont besoin, ou pour être plus exact, ils utilisent sa forme bioactive, la vitamine D3 (également appelée cholécalciférol).
Une carence en vitamine D empêche les nouveaux neurones formés dans l’hippocampe de parvenir à maturation (2).
Les troubles de la neurogénèse et la baisse de la résistance au stress qui y sont liés pourraient expliquer ce qu’on appelle la dépression hivernale (3), causée par un manque saisonnier de vitamine D – un cerlce vicieux que nous connaissons maintenant comme moteur de la maladie d’Alzheimer.
En outre, la régulation du métabolisme de la bêta-amyloide requiert elle aussi de la vitamine D.’ Fin de citation.

Il ajoute que plus les personnes ont une alimentation riche ou supplémentée en vitamine D3, moins elles sont atteintes d’Alzheimer !
Et dès 2008 et encore en 2014 des chercheurs ont même identifié, après des années de suivi de dizaines de milliers de personnes, les taux nécessaires de vitamine D3 qui assurent cette protection(4-5).

Ces études ont aussi montré la protection contre le cancer de cette vitamine D3.  Et l’étude de 2015 avait montré qu’un manque de vitamine C augmentait considérablement le risque d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Un taux aux alentours de 100 nmol/litre semble offrir la meilleure protection.
(Par contre des valeurs nettement supérieures à 130 nmol/l auront un effet contraire pour la longévité, bien que ce soit très peu probable de les atteindre avec une alimentation équilibrée.)

 

 Les inuites qui passent des mois sans soleil et portent des habits tout le temps, couvrent leurs besoins avec une alimentation riche en poisson.
Par exemple 100g d’huile de poisson contient 12.000 UI. Bien sûr il est impossible de boire 100g d’huile de poisson chaque jour !  100g de saumon contient environ 650 UI, et 1 oeuf seulement 60 UI.

Concernant la supplémentation en vitamine D3, ces études montrent qu’une prise de 100 UI a 400 UI, suivant le produit utilisé, fait augmenter le taux sanguin de 2 nmol/l, et donc pour une protection optimale il faudrait ingérer entre 5.000 et 20.000 UI par jour en supplément alimentaire.
20.000 UI c’est ce que produit l’exposition au soleil d’une peau claire pendant 30 minutes, ce qui semble bien être un minimum requis par notre nature physique …

Pour une meilleure assimilation il nous dit de prendre la vitamine D3 avec de la nourriture riche en graisses, et non pas avec un verre d’eau ou de jus. La vitamine D encapsulée dans des liposomes est donc encore une fois idéale puisque les liposomes sont eux-mêmes des acides gras !

 Pour finir voici ses recommendations :
– Faire vérifier son taux de vitamine D3 plusieurs fois chaque année par prise de sang
– Avoir des activités extérieures même en hiver, pour profiter des rayons du soleil
– Ne pas avoir recourt aux lampes à UV car elles abîment la peau
– 30 minutes par jour d’exposition visage + bras + jambes. Donc bien plus si on expose que le visage. Et ceci à tout âge !
– Attention la crème solaire bloque les UVB qui servent à fabriquer cette vitamine.
– Le poisson en contient, environ 1.500 UI par kilo. Le protocole contre Alzheimer qui préconise 600 g de poisson par semaine apporte donc environ 1.000 UI.
– Prenez des suppléments pour obtenir les taux sanguins nécessaires.

Pour résumer, ces études cliniques suggèrent qu’entre 5.000 et 20.000 UI par jour de D3 en supplément alimentaire semblent nécessaires pour compenser notre manque d’exposition naturelle au soleil.

Par exemple la bouteille de Sanus-q (photo ci-jointe) contient 2.500 UI pour 1 ml (c’est la moitié de son compte-goutte gradué). Cette bouteille contient donc 2.500UIx60ml= 125.000 UI.

D’après les résultats scientifiques il est donc recommandé d’utiliser au moins 2 doses par jour, soit 1 bouteille par mois quand on ne s’expose pas suffisamment au soleil.

 

Références (il y en a beaucoup plus dans le livre)

(1) Livre révolutionnaire ‘Guérir Alzheimer’ https://livre.fnac.com/a10152992/Michael-Nehls-Guerir-Alzheimer
(2) PMID: 21125584 Abnormal neurogenesis in the dentate gyrus of adult mice lacking 1,25-dihydroxy vitamin D3 (1,25-(OH)2 D3). https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21125584
(3) PMID: 23377209 Vitamin D deficiency and depression in adults: systematic review and meta-analysis. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23377209
(4) PMID: 25710567 A Reverse J-Shaped Association Between Serum 25-Hydroxyvitamin D and Cardiovascular Disease Mortality: The CopD Study. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25710567
(5) PMID: 18034918 Molecular basis of the potential of vitamin D to prevent cancer. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18034918

Vitamine D et soleil

Pourquoi devriez-vous encourager les enfants à jouer dehors?

« Nous n’arrêtons pas de jouer parce que nous vieillissons; nous vieillissons parce que nous arrêtons de jouer. » – George Bernard Shaw.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les enfants doivent faire de l’exercice pendant au moins 60 minutes chaque jour. Malheureusement, les enfants de notre génération mènent des vies dangereusement sédentaires. Ils ne dorment pas assez et ils passent la plus grande partie de leur temps à regarder la télé ou devant leur ordinateur portable, iPad, tablette ou téléphone intelligent.

La recherche indique que les enfants d’aujourd’hui passent plus ou moins 7 heures devant leurs écrans. Il s’agit là d’une tendance alarmante; tendance qui favorise toute sorte de problèmes de santé évitables chez nos enfants.

Le mode de vie sédentaire rend les enfants plus susceptibles de développer de l’obésité, de l’anxiété, des changements comportementaux et des mauvaises fonctions cérébrales. Parallèlement, l’activité physique diminue le risque d’obésité et d’autres facteurs pouvant causer des problèmes cardiaques et le diabète de type 2 plus tard au cours de la vie. Être actif est également bon pour le développement sain du cerveau. Les enfants qui jouent régulièrement dehors auront tendance à être plus impliqués et concentrés que les enfants qui passent la plus grande partie de leur temps à l’intérieur. De plus, des preuves solides indiquent que le jeu libre favorise de meilleures aptitudes sociales et aide les enfants à mieux apprendre.

Jetons un coup d’œil à certains bienfaits évidents, et d’autres « qui le sont moins », du fait de jouer dehors.

Bienfaits pour la santé physique :

# Synthèse de la vitamine D

Le corps produit de la vitamine D lorsque la peau est exposée à la lumière du soleil. L’enfant en croissance a besoin de la « vitamine soleil » pour absorber le calcium ainsi que d’autres minéraux nécessaires à la formation d’os et de muscles forts. La vitamine D fournit également plusieurs autres bienfaits importants pour la santé :

  • Régule l’immunité et réduit le risque d’allergies et de problèmes de santé respiratoire, tels que l’asthme, le rhume et la grippe. [1] [2] [3]
  • Favorise la libération de sérotonine, une hormone qui vous rend calme et joyeux. Un taux sain de sérotonine est également lié à de meilleures fonctions cognitives, telles que la mémoire et l’apprentissage.

Un nombre croissant d’études appuient également l’idée qu’un taux sain de vitamine D pendant la grossesse, la petite enfance et l’enfance peut aider à diminuer le risque de développer l’autisme.

# Renforce les os et les muscles

La meilleure période pour la formation d’os forts et en santé est entre l’âge de 9 et 14 ans. La formation d’os sains durant l’enfance diminue le risque d’ostéoporose et de fracture plus tard au cours de la vie. Nous développons la plus grande partie de notre densité osseuse juste avant nos années d’adolescence. Les activités nécessitant de supporter le poids de son propre corps, telles que la marche, la course, le saut à la corde et l’escalade, aident à la formation de nouveaux tissus osseux ainsi qu’à leur renforcement. Ces activités favorisent également la santé des muscles.

# Prévient l’obésité et les maladies qui y sont associées

Le mode de vie sédentaire est l’un des principaux facteurs liés à l’obésité chez les enfants. Les enfants faisant de l’embonpoint sont à haut risque de développer des maladies telles que le diabète de type 2 et des maladies cardiaques plus tard au cours de leur vie. Pire encore, l’obésité peut également avoir un impact sur la santé sociale et émotionnelle de l’enfant, ce qui a des répercussions à long terme. Cela peut avoir un impact négatif sur leur amour-propre et leur confiance en soi et, par conséquent, les rendre déprimés, agressifs et isolés. Cela peut également affecter leur performance académique.

Lorsque les enfants jouent à l’extérieur, ils sont plus susceptibles de faire de l’exercice, sous quelque forme que ce soit. Qu’il s’agisse de courir, de faire du vélo, de jouer au basketball ou de simplement marcher, l’important est qu’ils soient actifs physiquement, chose qu’ils ne font pas suffisamment lorsqu’ils jouent à des jeux vidéo sur leur téléphone ou autre gadget. Ce type d’exercice physique régulier réduit le risque d’obésité et d’autres problèmes de santé généralement associés à l’excès de poids.

# Diminue le risque de myopie

La myopie se définit par la capacité de voir les objets proches sans lunettes et par la perception floue des objets éloignés. Il s’agit de l’une des principales raisons pour lesquelles les enfants ont besoin de porter des lunettes. La myopie peut être génétique, mais les activités nécessitant de fixer un objet de près, comme lire ou passer trop de temps devant l’ordinateur ou la tablette, peut également accroitre ce risque.

Plusieurs études indiquent que le fait de passer du temps à l’extérieur pendant l’enfance pourrait diminuer les chances de développer de la myopie plus tard au cours de la vie. [4] [5] Une étude publiée dans JAMA Ophthalmology a découvert qu’une exposition adéquate aux UVB pendant l’adolescence et les premières années de la vie adulte diminue le risque de développer de la myopie dans les années subséquentes. [6]

Alors, quel est le lien entre le temps passé à l’extérieur et le risque moindre de myopie chez les enfants?

Les chercheurs croient que cela pourrait être dû à l’exposition à des niveaux plus élevés de lumière lors du jeu extérieur. Des cellules spéciales dans la rétine (appelées cellules amacrines dopaminergiques) libèrent de la dopamine en réaction à la lumière éclatante. La dopamine rétinienne empêche le globe oculaire de croitre à outrance. L’allongement du globe oculaire donne lieu à de la myopie. Cela fait en sorte que les images ne se rendent pas jusque dans la rétine, ce qui explique pourquoi la perception des objets éloignés est floue.

# Aide à bâtir l’immunité

L’air frais et l’exercice peut faire des miracles pour l’immunité de votre enfant. Les expériences extérieures, telles que le contact avec le sol et les roches, exposent les enfants aux germes. Cela stimule leur système immunitaire et les aide à développer une meilleure immunité avec le temps, les rendant ainsi moins susceptibles de développer des allergies, de l’asthme et le rhume. De plus, l’exercice est considéré comme étant un déclencheur de la production de globules blancs, autant chez les adultes que chez les enfants.

Une étude de 2016 publiée dans le New England Journal of Medicine a découvert que la prévalence de l’asthme chez les enfants Amish vivant sur de petites fermes est faible. L’étude en a conclu que l’environnement fermier « fournit une protection contre l’asthme en impliquant et en modelant la réponse immunitaire. » La charge microbienne dans leurs maisons et dans leur communauté active leur système immunitaire inné. Les chercheurs ont même découvert que leur taux de globules rouges combattant les infections est élevé, contrairement à leur taux de globules rouges favorisant la réponse allergique, qui lui est faible. [7]

# Cerveau en santé

Le jeu extérieur implique généralement des sauts, de la course et de la marche. Ces activités fournissent non seulement des bienfaits physiques, mais elles rendent également le cerveau de votre enfant plus sain de plusieurs manières. L’exercice permet au cerveau de se développer et de se recharger de manière à engendrer des bienfaits sociaux, cognitifs, émotionnels et académiques. [8]

  • Accroit la circulation sanguine – apportant ainsi plus d’oxygène et de nutriments à toutes les parties du corps, dont le cerveau. Cela améliore les fonctions et les performances cérébrales.
  • Favorise la libération d’hormones (sérotonine) ainsi que d’autres substances (BDNF) qui sont associées au développement cérébral, au comportement social et aux sentiments de joie chez les enfants ainsi que les adultes. Cela aide à améliorer les capacités d’apprentissage, de concentration, de mémorisation et de maintien de l’attention, tout en diminuant les symptômes du stress, de l’anxiété et de la dépression. Ces résultats sont particulièrement importants pour les enfants souffrant de TDAH.
  • Stimule l’imagination et la créativité.

# Sommeil de qualité

Le jeu actif extérieur aide les enfants à mieux dormir – un bienfait contribuant à la santé globale physique et mentale. À quoi sert le sommeil de qualité?

  • Énergise le corps
  • Favorise la libération des hormones nécessaires à la réparation, la croissance et le développement sains
  • Améliore la mémoire, l’apprentissage, l’attention et le contrôle de soi

# Réduit les symptômes du TDAH chez les enfants

Le jeu extérieur améliore les symptômes du déficit d’attention (TDAH) chez les enfants souffrant de ce trouble, en les rendant plus calmes et plus concentrés. Fait intéressant, les études démontrent que l’exposition régulière à des espaces verts ouverts est encore plus susceptible d’améliorer les symptômes du TDAH. [9] Le fait de permettre à son enfant de jouer dans un environnement naturel pendant aussi peu que 20 minutes peut aider à grandement améliorer sa concentration et son attention. [10]

L’exercice extérieur, en particulier, fournit des bienfaits spécifiques pour les enfants souffrant de TDAH. Il diminue le stress, améliore la qualité du sommeil, libère des hormones cérébrales et déclenche d’autres changements biochimiques favorables dans le cerveau – donnant tous lieu à une humeur, une attention et un comportement améliorés. Cela aide également à diminuer les symptômes tels que l’impulsivité et les crises.

Les enfants souffrant de TDAH présentent des difficultés quant aux fonctions exécutives – un ensemble d’aptitudes qui permettent de se concentrer sur une tâche et de la compléter. Il s’agit d’un terme parapluie désignant les aptitudes telles que la planification, l’organisation, la mémoire des détails, l’imagerie mentale, la gestion du temps, le contrôle de soi et l’attention. L’exercice aide le cerveau à développer ses zones qui sont étroitement liées au contrôle de soi et aux fonctions exécutives, fournissant ainsi d’importants bienfaits aux enfants ayant un TDAH.

# Favorise les aptitudes sociales

Les bienfaits du jeu extérieur vont au-delà du traditionnel bien-être physique et mental. Les enfants apprennent à expérimenter, explorer, prendre des risques et découvrir. Le fait de jouer en équipe aide les enfants à apprendre d’importantes aptitudes sociales, telles que partager, attendre son tour et être indépendant.

Ne laissez pas la technologie affecter les expériences de votre enfant. Encouragez vos enfants à s’adonner à des activités extérieures. Laissez-les danser, courir pieds nus, faire voler des cerfs-volants ou encore jouer dans le sable. Une dose de nature fera à vos enfants le plus grand bien.

La Super Vitamines D3 + K2 liposomique de Sanus-Q est ici !

 

Références :

    1. Bener et al. The impact of Vitamin D deficiency on asthma, allergic rhinitis and wheezing in children: An emerging public health problem. J Family Community Med. 2014
    2. Hooman Mirzakhani et al. Vitamin D and the development of allergic disease: how important is it? Clin Exp Allergy. 2015.
    3. Martineau et al. Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: systematic review and meta-analysis of individual participant data. BMJ. 2017
    4. Shah et al. Time Outdoors at Specific Ages During Early Childhood and the Risk of Incident Myopia. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2017
    5. Sherwin et al. The association between time spent outdoors and myopia in children and adolescents: a systematic review and meta-analysis. Ophthalmology. 2012
    6. Katie M. Williams, Graham C. G. Bentham, Ian S. Young et al. Association Between Myopia, Ultraviolet B Radiation Exposure, Serum Vitamin D Concentrations, and Genetic Polymorphisms in Vitamin D Metabolic Pathways in a Multicountry European Study. JAMA Ophthalmol., 2016
    7. Stein et al. Innate Immunity and Asthma Risk in Amish and Hutterite Farm Children. The New England Journal of Medicine. 2016.
    8. Edgar L., Rheta A. The Importance of Outdoor Play and Its Impact on Brain Development in Children. UMKC.
    9. Taylor et al. Could Exposure to Everyday Green Spaces Help Treat ADHD? Evidence from Children’s Play Settings. Applied Psychology. 2011.
    10. Andrea Faber Taylor, Frances Kuo. News on Green Therapy. ADDitude